Président de la République: Engagements et Rémunération/Avantages

Posté par france2point0 le 24 février 2013

Objectif: Respect des engagements – Rémunération liée aux résultats – Fin des avantages à vie

En l’état actuel, la course à la présidence de la France ressemble au concours du plus démagogique, celui qui fera les promesses les plus alléchantes. Car une fois élu, rien n’oblige notre Président à respecter ses promesses. C’est comme si une entreprise répondait à un appel d’offre en proposant une solution mirifique. Une fois le marche obtenu, cette entreprise ne mettait pas en place la solution annoncée mais était quand même rétribuée conformément au contrat, et obtenait en plus une prime une fois le travail terminé.

Les conséquences sont que nous :

  1. Prenons le risque d’élire un Président qui fait le contraire de ce qu’il a annoncé (par exemple, mettre le pays à feu et à sang alors qu’il a promis d’apaiser les tensions). C’est la crainte par une partie de la population en ce qui concerne Jean-Marie Le Pen ou maintenant sa fille alors qu’étrangement, cette crainte n’apparaît pas pour les autres candidats.
  2. Elisons non pas un homme d’action mais un communicant démagogique.
  3. Sommes « trompés sur la marchandise ».
  4. Gratifions le Président d’une rémunération somptueuse pour un travail partiellement réalisé (au demeurant peut-être seulement la partie la plus insignifiante de ses engagements).

Ils nous assènent qu’ils veulent être Président uniquement pour aider la France mais l’aspect financier ne doit pas être occulté et la démagogie non plus. Nous devons donc nous assurer de la cohérence des décisions et de la motivation, de l’intérêt du Président à réaliser ses promesses. Il faut une carotte !

Propositions :

Pendant son mandat :

  • Sa rémunération est fixée à 20.000 euros par mois.
  • Il est imposé sur la totalité de son revenu.
  • Au cours de son mandant, hors réceptions et déplacements officiels, il doit payer ses dépenses (nourriture, électricité, gaz, transport…).
  • Validation, par le Conseil Constitutionnel, des décisions prises en dehors des engagements de campagne.
  • Impossibilité de modifier sa rémunération, sauf par référendum.
  • Aucun statut particulier pour la femme/compagne du Président.

Après son mandat :

  • Les revenus perçus pendant le mandat entreront dans le calcul de la retraire comme n’importe quel revenu.
  • Un référendum est réalisé auprès de la population pour déterminer si le Président mérite une prime (2 millions d’euros imposables) pour l’ensemble de son action et le respect de ses engagements. Le référendum pourrait demander si la prime doit être versée en totalité ou partiellement (avec quel taux).
  • Il redevient un citoyen normal sans aucune forme d’avantage.

Pour rappel, les éléments majeurs de la rémunération actuelle du Président de la République sont :

  • Pendant le mandat : 11.600 euros brut, 3.000 euros d’indemnités non imposables, cuisine gastronomique, tous les frais sont payés.
  • Après le mandat: 6.000 euros  brut par mois de retraite en tant qu’ancien Président, 11.500 euros net par mois en tant que membre du Conseil Constitutionnel (s’il décide d’y siéger), gratuité illimitée en classe Affaire Air France et 1ère classe SNCF à vie, hébergement dans les appartements consulaires lors des voyages à l’étranger, voiture de fonction avec chauffeur, appartement de fonction meublé et équipé, primes dont le montant est laissé à discrétion, 7 collaborateurs.

Laisser un commentaire

 

Front National du Cher |
Du pain et des jeux |
Ahmedsallemi |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Letoutpetitjournal
| Pinkscandale
| Emploisdavenir