Composition du gouvernement

Posté par france2point0 le 24 février 2013

Objectif : Réduire le nombre de ministres – Fixer les domaines de compétences – Assurer les compétences des personnes choisies

Le gouvernement actuel compte 38 ministres ou secrétaires d’état. En comparaison, l’Allemagne en compte 16, l’Espagne 13, l’Italie 13, la Suède 23. Qu’est-ce qui justifie un tel écart :

  • La complexité de la France ?
  • Le manque de compétences des hommes et femmes choisies ?
  • Le désir de procurer du travail (de complaisance) à des ami(e)s ?
  • Autre chose ?

Les premières questions venant à l’esprit sont :

  • Avons-nous besoin de tous ces ministres et secrétaires d’état ?
  • N’y aurait-il pas une meilleure cohérence d’actions avec un nombre restreint d’acteurs ?
  • Certains sujets ne pourraient-ils pas être regroupés ?
    • Prenons l’exemple du ministre aux Anciens Combattants. Il reste certes de nombreuses personnes concernées par les guerres survenues depuis celle de 39-45 (surtout beaucoup d’ayants-droits). Cependant, il est légitime de se demander si ces personnes justifient d’avoir un ministre à temps plein sur le sujet, plus les conseillers afférents. En quoi ce sujet ne peut-il faire partie des attributions du ministre de la Défense ?
    • A-t-on besoin de quatre ministres pour s’occuper de l’Education : Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Ministre à la Réussite éducative, Ministre de l’Education nationale, Ministre de la Formation professionnelle et de l’Apprentissage. En agissant ainsi, mettons-nous toutes les chances de notre côté pour assurer la cohérence du cursus, de l’offre et la meilleure employabilité des générations futures ?
  • Il est demandé au peuple Français de faire des efforts en payant plus d’impôts. Avons-nous les moyens financiers de rémunérer autant de ministres ? Est-il équitable, en période de crise, de demander au peuple Français de faire des efforts en payant plus d’impôts alors que le gouvernement ne procède pas aux efforts les plus évidents pour dépenser moins ?

Ensuite, il est légitime de s’interroger sur la pertinence de la création/suppression de certains ministères à chaque passation de pouvoir. Lors de la nomination des ministres, les objectifs de chaque nouveau ministère sont détaillés. Mais à l’issue de ce gouvernement, ces ministères sont très souvent supprimés sans que la raison ne soit connue. De même, les actions menées et le bilan final ne sont pas plus connus du grand public. En conséquence, les sommes investies dans ces ministères « temporaires » apparaissent comme du gaspillage. Le peuple Français interprète cela comme de la désinvolture, comme un caprice de certains. C’est un peu comme si un enfant faisait un caprice pour obtenir un jouet et qu’après un temps très court, il s’en désintéressait complètement, même après avoir expliqué tous les bienfaits que l’obtention de ce jouet allaient procurer.

Le dernier point qui peut interloquer porte sur la compétence des ministres. En effet, il n’est pas rare, lors des remaniements ministériels, de constater qu’un tel passe d’un ministère alpha à un ministère bêta. Il est dès lors logique de tenter de déterminer les critères de nomination d’un ministre dans un domaine plutôt que dans un autre. Est-ce lié à ses connaissances du sujet ? A sa diplomatie ? A sa force de persuasion ? A un calcul politique ou démagogique ? Si les connaissances étaient le critère déterminant, Cécile Duflot aurait été choisie pour le poste de Ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, en lieu et place de Delphine Batho qui est plus connue pour ses relations avec SOS Racisme qu’avec les questions écologiques. De la même manière, dans la nomination de Cécile Duflot au poste de Ministre de l’Egalité du territoire et du Logement, il est plus aisé de voir la nécessité de pérenniser la relation avec les sympathisants EELV en leur attribuant un ministère plutôt que la volonté de tirer le meilleur profit des compétences de Cécile Duflot.

Au final, les ministères doivent-ils changer entre chaque gouvernement ou la liste des ministères doit-elle rester fixe ? Quelles doivent être les compétences des ministres ?

Propositions :

  • Fixer les différents ministères (avec entre parenthèses les ministères actuels que cela regrouperait) :
    • Economie et Innovation (Commerce extérieur, Budget, Développement, Innovation, Redressement productif, Economie et Finances, PME, Economie numérique, Artisanat, Commerce, Tourisme).
    • Education et Recherche (Enseignement supérieur, Recherche, Réussite éducative, Education nationale, Formation professionnelle, Apprentissage).
    • Territoire, Environnement et Transports (Ecologie, Développement durable, Energie, Territoire, Logement, Décentralisation, Ville, Outre-Mer, Forêt).
    • Travail (Travail, Emploi, Dialogue social, Fonction publique).
    • Alimentation et Consommation (Agroalimentaire, Agriculture, Consommation, Pêche).
    • Défense (Anciens Combattants, Défense).
    • Justice (Justice).
    • Santé  (Santé).
    • Intérieur (Intérieur).
    • Culture et Associations (Culture, Francophonie, Associations).
    • Affaires étrangères (Affaires européennes, Français de l’étranger, Affaires étrangères).
    • Famille et Protection Sociale (Personnes âgées et autonomie, Affaires sociales, Personnes handicapées, Lutte contre l’exclusion, Famille).
  • Supprimer des ministères :
    • Droit des femmes.
    • Porte-parole du gouvernement.
    • Relations avec le Parlement.
  • Définir le bien-fondé de certains ministères :
    • Réforme de l’Etat : la volonté de réforme doit faire partie intégrante de la mission de chaque département, donc ce ministère ne devrait plus être utile.
    • Décentralisation.
    • Sports.
    • Jeunesse.
  • Créer les ministères suivants :
    • Intégration : il est nécessaire de mettre en place une politique visant à assurer la bonne intégration des personnes décidant de venir vivre en France.
    • Egalité.
  • Définir le positionnement de :
    • Formation professionnelle : Education ou Travail ?
  • Définir les compétences ou le profil des ministres :
    • Economie et Innovation, Travail : un chef d’entreprise ou un responsable financier ayant prouvé ses capacités à générer des bénéfices, à pérenniser son activité tout en sachant traiter les salariés avec équité.
    • Défense : de préférence un militaire.
    • Justice : un magistrat.
    • Intégration : une personne dont l’intégration à la société Française est un modèle.
    • Territoire, Environnement et Transport : un architecte ? un responsable d’une entreprise de BTP ?
    • Pour les autres ministères : à réfléchir …
  • Permettre au gouvernement de travailler, pour la durée du mandat, sur deux sujets particuliers en nommant deux ministres temporaires. Ces nominations doivent avoir été présentées au peuple Français lors de la campagne.

Publié dans Administration, Gouvernement | Pas de Commentaire »

 

Front National du Cher |
Du pain et des jeux |
Ahmedsallemi |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Letoutpetitjournal
| Pinkscandale
| Emploisdavenir